EDITO

A la une

DOSSIERS SPECIAUX

QUI VOTE ?

Tous les agents publics, fonctionnaires et non titulaires.

JE VOTE, MAIS POUR QUOI ? POUR QUI ?

Plusieurs scrutins se tiendront simultanément : 

Le vote au CTM (Comité technique ministériel)
Il permettra de déterminer la représentativité des fédérations et unions syndicales pour chaque ministère. C’est de cette représentativité que découleront les différents droits et moyens syndicaux pour Force Ouvrière.

Le vote au CT (Comité technique) de proximité.
C’est le CT du service d’affectation de l’agent (exemple CT d’administration centrale ou le CT d’une DDT ou le CT d’un service à compétence nationale, etc.).

Le vote à la CAP (Commission administrative paritaire) pour les fonctionnaires ou à la CCP (Commission consultative paritaire) pour les non-titulaires.

COMMENT JE VOTE ?

Chaque ministère met en place ses propres modalités de scrutin, seule la date du 4 décembre 2014 s’impose à tous.
Chaque agent doit se rapprocher de son syndicat ou de sa fédération pour connaître l’organisation du scrutin. Les discussions sont en cours dans les ministères en ce moment.

LES ELECTIONS ET LEUR ENJEU

C’est la première fois dans l’histoire de la Fonction publique que les trois versants vont voter en même temps. La Fonction publique de l’Etat, Territoriale et Hospitalière, à savoir plus de 5,2 millions d’agents. Il est à noter que sur les 5,2 millions d’électeurs, environ 1 million sont des agents non-titulaires.
A titre de comparaison, cela fait environ 1 million d’électeurs en plus que les dernières élections dans le secteur privé pour les TPE (Très Petites Entreprises).
Le résultat de ce vote aura un impact sur l’ensemble des droits et moyens syndicaux.
A l’issue des dernières élections de 2011, FO est la première organisation de la Fonction publique de l’Etat et la troisième tous versants confondus.
A l’aube du grand chantier sur la refonte et la revalorisation des carrières pour l’ensemble des catégories (C, B et A), les revendications très différentes d’une organisation à une autre nécessitent que chaque électeur pèse avec attention ses choix et son vote.

POURQUOI VOTER FO ? QUE REVENDIQUE FO ?

Tout d’abord FO est viscéralement attachée à l’indépendance syndicale. Pas de mélange des genres, pas d’appel à voter pour tel parti ou tel candidat aux élections politiques.
De fait, chacun a sa place à Force Ouvrière, la seule condition étant de laisser ses convictions notamment politiques et religieuses à l’extérieur de l’organisation. L’intérêt commun des représentants et militants FO réside dans la défense des intérêts particuliers et collectifs des salariés.
Coté Fonction publique, FORCE OUVRIERE s’est toujours engagée dans la défense du Service public. Facteur de cohésion sociale, teneur des valeurs républicaine de liberté, égalité, fraternité et laïcité, le Service public et la Fonction publique sont des éléments incontournables de notre République et symbolisent un choix de société que défend FO, une société basée sur la solidarité par le financement du Service public avec l’impôt .
Quel que soit le gouvernement, FO a toujours combattu toutes les attaques portées contre le Service public. Avec le livre noir sur la RGPP (Révision générale des politiques publiques), FO a dénoncé une vision uniquement budgétaire de la Réforme de l’Etat qui, de 2007 à 2012, a contribué à supprimer des milliers de postes, privatiser des missions de Service public et fusionner des corps de fonctionnaires.
Depuis 2012, FO affirme que la MAP (Modernisation de l’action publique) remplaçante de la RGPP, continue cette destruction en épargnant soi-disant certaines missions (Education, Police, Gendarmerie et Justice) au détriment d’autres.
Cette approche politique place de manière récurrente la Fonction publique et ses agents comme la variable d’ajustement budgétaire. Ces conséquences sont dramatiques sur les conditions de travail, sur la vie au travail et également sur les carrières des personnels.

CONDITIONS DE TRAVAIL

FO n’a pas signé fin 2013, l’accord sur les Risques psycho-sociaux (RPS).
Cet accord proposé par le gouvernement traite des conséquences des réorganisations, mutualisations de services, imposées par la RGPP et la MAP mais absolument pas de leurs causes. Signer cet accord, alors que le Gouvernement entérine dans le même temps la destruction de plus de 13 000 postes dans la Fonction publique de l’Etat en 2014 au prétexte de redéploiement, et la suppression nette de plus de 3 000 postes, est inacceptable. Pour FO, signer l’accord RPS signifiait entériner et accompagner cette politique de destruction.

LE TRAITEMENT

Depuis 2010, le point d’indice est gelé. Elément essentiel de la politique salariale, élément structurant de la grille indiciaire et du statut général, l’augmentation de la valeur du point d’indice est vitale et urgente. Seul moyen d’assurer l’égalité de traitement de tous les agents publics, y compris pour ceux qui n’ont pas ou peu de primes, il est de plus le seul moyen de maintenir le niveau de nos futures pensions.

LES CARRIERES

C’est le grand chantier des 5 prochaines années (voire plus). Après la remise du rapport de Bernard Pêcheur commandée par la Ministre de la Fonction publique, le chantier a démarré début 2014.
L’avenir de la Fonction publique est en jeu. Diplômes, concours, catégorie, grille indiciaire sont sur la sellette. Certains rêvent d’une fonction publique de métiers, d’autres (parfois les mêmes) d’une fusion entre l’Etat et la Territoriale, voire même avec l’Hospitalière.
FO est très claire sur ce sujet. Nous sommes attachés à la Fonction publique de carrière reposant sur des catégories, des corps, des grades et opposés à une fonction publique d’emplois. Nous sommes également attachés à une vraie égalité d’accès à l’emploi public comme le rappelle par ailleurs notre Constitution. L’égalité d’accès, celle qui évite les préjugés, les favoritismes, le CV anonyme, etc. reste fondamentalement le concours. Chacun est ainsi évalué sur ses seules capacités et non sur d’autres critères bien plus subjectifs.
Concernant les diplômes, directement liés aux catégories (C, B et A), FO revendique haut et fort leur maintien. En revanche, nous rappelons aussi qu’ils doivent évoluer pour s’adapter tant aux exigences européennes (Licence, Master, Doctorat) qu’à la réalité des missions de la Fonction publique, et aux candidats surdiplômés.
Au-delà de cette règle générale défendue par FO, nous sommes également persuadés de la nécessité de maintenir, pour la catégorie C, un accès à l’emploi public sans conditions de diplôme pour faire jouer à la Fonction publique son rôle d’ascenseur social.
Les catégories, et la grille indiciaire qui les accompagne, sont également incontournables. La juste reconnaissance d’un diplôme et de la réussite au concours doivent faire qu’à diplôme égal, il doit y avoir un traitement égal. Qui peut accepter que la grille des corps infirmiers soient inférieurs au A type (enseignants, administratifs, techniques) ?
FORCE OUVRIERE, au-delà de la contestation et de l’opposition affichées aux choix actuels de politiques publiques, sait aussi être force de propositions.
FO s’est saisie du problème de la rémunération et des carrières bien avant le rapport Pêcheur. Nous avons contribué à une étude sur les rémunérations avec l’IRES (Institut de recherche de l’économie sociale). Ce travail, salué y compris par la Direction générale de l’Administration et de la Fonction publique, démontre les capacités d’expertise de notre organisation.
FORCE OUVRIERE – FORCE DE PROPOSITIONS !
Très prochainement, FO sera en mesure de présenter son projet de carrière et de grille indiciaire qu’elle soutiendra dans les négociations à venir avec le ministère de la Fonction publique.
Ce projet, qui confortera le statut général et l’indépendance des 3 versants, prendra aussi en compte l’évolution de la Fonction publique et l’amélioration des carrières des catégories C, B et A, et proposera une vraie catégorie A+. Il répondra aussi aux revendications bien connues de FO comme l’intégration d’une part des primes dans le traitement indiciaire.
Concernant les agents non-titulaires, un cahier de revendications spécifiques sera également largement diffusé.

MA CAMPAGNE

Sous cette rubrique seront mis en ligne prochainement tous les éléments contribuant au bon déroulement de la campagne professionnelle.
En plus des différents logos, affiches, etc., seront aussi publiés des tracts thématiques sur le statut, la rémunération, l’action sociale, les personnels non-titulaires, etc.
De même, c’est sous cette rubrique que les différents déplacements de FO Fonction Publique et également de Jean-Claude Mailly Secrétaire Général de la Confédération FO seront indiqués.
Venez nombreux nous écouter et discuter avec nous et l’ensemble des représentants FORCE OUVRIERE des différents secteurs.

Madame la ministre,

Voilà enfin dévoilé le vrai projet du gouvernement pour « améliorer » les parcours professionnels, carrières et rémunérations.

Ce relevé de décision unilatérale qui n'a pris en compte aucune des propositions de FO met clairement en avant des mesures de ressources humaines et de gestion en totale contradiction avec l'organisation statutaire des carrières qui doit être une priorité.

Mais qui pouvait croire qu'avec plus de 50 milliards de réduction des dépenses publiques ce gouvernement allait pouvoir engager une réforme ambitieuse de la grille indiciaire ! Cinquième année de gel du point d'indice, diminution des mesures catégorielles, baisse reconnue officiellement du pouvoir d'achat.

Même en prenant tous les éléments du glissement vieillesse- technicité et le fameux IB-TGI (indice brut - traitement grille indiciaire), la rémunération des fonctionnaires a chuté de 0,34 % en 2013.

Ainsi globalement, même avec les primes, les avancements d'échelon, les promotions, la rémunération baisse. Du jamais vu!
FO affirme clairement que seule la fin de la politique suicidaire d'austérité pourra relancer l'économie.

L'UIAFP-FO s'associera à toutes les actions interprofessionnelles comme celle du 18 mars dernier pour combattre cette politique.

Pour FO l'urgence sociale c'est :

L'augmentation immédiate de 8 % de la valeur du point d'indice
L'attribution de 50 points d'indice L'arrêt des destructions d'emploi et de la MAP
La refonte et la revalorisation de la grille indiciaire


PARIS, le 7 avril 2014

PUBLICATIONS

La Nouvelle Tribune
07/07/2014

LA NOUVELLE TRIBUNE N° 400 - JUIN 2014

  

EDITO

Résister et préparer la riposte !

2 ans après l’élection du Président de la République, chacun constate les effets néfastes de la politique libérale dictée par la ratification du Pacte budgétaire européen qui impose 0% de déficit public.

Dans cette logique libérale, le gouvernement porte l’allégement du cout du travail en exonérant une fois de plus les entreprises de cotisations. Les contreparties tant mises en avant dans le Pacte de responsabilité (que FO n’a pas signé) ne sont qu’un nuage de fumée. Aucune embauche, ni aucune obligation de négociation de la part des entreprises.

Dans le même temps, l’Etat en tant qu’employeur applique le même principe en proposant d’alléger les retenues pour pensions civile des fonctionnaires, soi-disant pour améliorer le pouvoir d’achat. Pour autant, il maintient le gel du point d’indice (et ce depuis 2010) !!!!!!

Ainsi, de manière totalement inégale, certains agents auraient une baisse d’environ 4 euros par mois jusqu’à  45 euros maximum de leurs « cotisations retraites ». Dans sa présentation, pour pouvoir atteindre 45 euros par mois (pour le montant le plus élevé, mais pas pour tout le monde),  le Ministère de la Fonction publique inclue à la baisse des cotisations, l’attribution uniforme de 5 points d’indice sur la grille de catégorie C déjà programmée au 1er janvier 2015. Une fois de plus, tous les moyens sont bons pour démontrer que l’augmentation est significative, mais qui peut y croire…

Malgré une mobilisation réussie le 18 mars, puis le 15 mai, sur les revendications portées par Force Ouvrière, le gouvernement poursuit sa politique d’austérité. Il continue de détricoter la protection sociale en affaiblissant ses sources de financement et l’organisation administrative de la France avec son projet de décentralisation.

Dans ces moments difficiles pour les salariés et les agents publics, la FGF-FO poursuit inlassablement sa défense du Service public, sa défense du statut général et des statuts particuliers et exige haut et fort une revalorisation  immédiate de 8% de la valeur du point d’indice qui a aussi des effets sur la pension de retraite future.

Cohérente dans ses positionnements, tenace dans ses revendications, indépendante dans son expression, la FGF-FO continue de porter les valeurs du service public. La FGF-FO maintient que les Services publics sont les garants de la République.

Plus que jamais, nous devons porter nos revendications et les faire partager le plus largement possible, afin de construire avec les agents publics, la riposte nécessaire contre cette politique  d’austérité destructrice d’un service public de qualité au service de tous.

Le rapport de force, la grève ne se décrètent pas. Seuls les agents réunis en Assemblée générale peuvent donner le signal qui permettra d’engager un combat durable pour enfin changer de politique et augmenter le pouvoir d’achat.

Le gouvernement doit comprendre  que le climat social  est à un niveau d’exaspération jamais atteint  et qu’il portera l’entière responsabilité  de la dégradation croissante  des  conditions de travail des agents et de ses  conséquences.  Ajoutée au mépris envers les agents, la réponse inadaptée et largement insuffisante du Gouvernement sur le pouvoir d’achat, le cocktail n’est pas loin d’être explosif !!

A FORCE OUVRIERE NOUS  SAURONS PRENDRE NOS RESPONSABILITES !

 

Le Lien
26/06/2014

LE LIEN N° 111 - JUIN 2014

EDITO

Solidarité Intergénérationnelle

L’union Fédérale des Retraités FO (UFR-FO) regroupe les retraités de la Fonction publique de l’État.
Les retraités ! Une catégorie socio-démographique, une nouvelle approche des âges qui nécessite des réponses rationnelles à des problématiques de marketing et de ressources humaines. Voilà quelques-uns des multiples aspects que recouvre ce terme.
Nous apportons à la collectivité notre expérience et nous voulons aussi transmettre un certain nombre d’acquis obtenus grâce aux combats de toute une vie.
Cette transmission ne doit pas être perçue comme un testament, « le retraité quitte la scène et passe le flambeau » !
Elle doit se penser comme un acte d’avenir, poursuivre son chemin de militant pour ne pas faire partie des 600 000 personnes au « minimum vieillesse » et pour l’éviter aux générations suivantes.
Ils considèrent donc comme inacceptable la décision du Premier ministre de ne pas revaloriser les retraites avant 2017. Décision qui s’ajoute à celles déjà prises à l’encontre des retraités, à savoir :

􀀀 Suppression de la demi-part pour les veufs ou veuves ayant élevé seul(e)s des enfants moins de 5 ans.

􀀀 Prélèvement de 0,30 % sur leur pension pour créer la contribution à l’autonomie.

􀀀 Fiscalisation des majorations pour ceux ayant élevé 3 enfants et plus.

Citoyens et assurés sociaux, nous voulons être détenteurs de droits sociaux jusqu’au terme de nos existences.
Nous militons pour :

􀀀 Que l’allongement de la durée de vie reste une avancée : vieillir dans la dignité ne doit pas être seulement une chance mais aussi un droit pour tous pour toujours. Lorsque survient la perte d’autonomie, une prise en charge globale pérenne et solidaire de celle-ci organisée par la Sécurité Sociale.
􀀀 Des droits sociaux et non pas des aides sociales.
􀀀 Un accès clarifié et planifié aux informations médicales.
􀀀 Des prestations et services appropriés et financièrement accessibles.
􀀀 Des logements adaptés, que ce soit au domicile ou en établissement.
􀀀 Un accès gratuit aux soins de santé et aux médicaments.

Retraités, militants c’est notre honneur de poursuivre le combat, pour nous, et demain pour nos enfants, car la société que l’on nous prépare risque au final de faire en sorte que chacun reçoive, non plus en fonction de ses besoins mais en fonction de ses moyens.
La solidarité intergénérationnelle n’est pas une utopie mais une réalité que nous continuons et continuerons à faire vivre. 15 millions de retraités, donc d’électeurs, de quoi faire réfléchir plus d’un gouvernement pour peu que les intéressés décident de se prendre en mains.

SEUL ON N’EST RIEN, UNIS ON PEUT TOUT AVEC LA FGF FO, AVEC LA CONFÉDÉRATION FO, L’UFR FO EST PRÊTE A RELEVER LE DÉFI.

Faites signer la pétition nationale en page 4.

 

Chaîne Vidéos

Toutes les news

Evénements

Dernières ressources

Réseaux sociaux

 

(c) 2014 - FO-FGF - Mentions légales - Réalisation myLittleTools